Série : Snowpiercer saison 1 (10 épisodes sur Netflix)

Synopsis : Sept ans après que le monde soit devenu une vaste étendue glacée, les survivants ont trouvé refuge dans un train en perpétuel mouvement. Composé de 1001 wagons, l’engin fait le tour du globe à toute vitesse. A bord, la guerre des classes, l’injustice sociale et la politique interne sèment le trouble.

Critique : Le post-apocalyptique ce n’est pas forcément ce que je préfère mais j’ai vraiment bien accroché à cette série.
Je n’ai pas lu la BD ni vu le film de Bong Joon-Ho donc je ne me baserai que sur ces 10 épisodes pour établir cette critique.
La réalisation est impeccable. Les images extérieurs sont sublimes et montrent avec efficacité la désolation de notre planète. Pour l’intérieur du train, la mise en scène est également excellente. Les décors permettent de bien ressentir cette atmosphère pesante mais aussi de comprendre en un coup d’oeil la différence gargantuesque entre les classes sociales.
Grosse performance des acteurs, notamment des deux principaux (Jennifer Connelly et Daveed Diggs), j’ai fortement apprécié aussi Mickey Sumner dans le rôle de Bess Till. Comme tout se passe dans des espaces clos, la performance acting est compliquée et ici c’est très bon donc il faut le signaler.
Au niveau de l’histoire, de manière générale c’est plaisant. Le récit semble linéaire mais il y a tellement de rebondissement qu’on s’ennuie jamais. De plus, de nombreux genres se retrouve dans ce récit dystopique avec en vrac du thriller, du policier, du psychologique, du drame et même parfois de l’horreur.
Pour cette première saison on peut diviser l’histoire en deux parties.
La première l’enquête policière menée par le « sans-classe » Layton. C’est une mise en bouche qui permet au réalisateur de montrer tout l’univers du train ainsi que les personnages importants par vagues successives. D’après ce que j’ai pu lire c’est cette partie qui se différencie de la BD et des autres adaptations. Pour ma part, j’adhère à ce choix qui fonctionne et qui lance d’une façon originale ce récit post-apocalyptique.
La deuxième partie est la plus intéressante c’est la lutte des classes qui mène à la révolution. Sans rentrer dans les détails, cette deuxième partie est palpitante de la mise en place du plan à la concrétisation. L’histoire est surprenante mais la réalisation aussi car le rythme général est relativement lent mais d’un coup il y a une accélération qui est guidée par la fureur et la violence des scènes.
C’est vraiment une très bonne série que je vous conseille, j’attends la suite avec impatience.
Ma note : 8.5/10.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :