Film : Les filles du Docteur March (sorti en salle le 01 janvier 2020)

Synopsis : Une nouvelle adaptation des « Quatre filles du Docteur March » qui s’inspire à la fois du grand classique de la littérature et des écrits de Louisa May Alcott. Relecture personnelle du livre, Les filles du Docteur March est un film à la fois atemporel et actuel où Jo March, alter ego fictif de l’auteur, repense à sa vie.

Critique : Grosse déception, au vue de l’histoire de base, des acteurs et des moyens financiers, je m’attendais à une superbe adaptation moderne mais ce n’est pas vraiment le cas.
Ce n’est pas un mauvais film car les acteurs sont bons, la réalisation est correcte et donne un bon rendu de cette époque et forcément l’histoire est bien puisque c’est celle du roman de May Alcott. Par contre les choix scénaristiques sont déplorables.
Ce n’est pas un mauvais film mais c’est une mauvaise adaptation. J’ai lu le roman ainsi que des adaptations en BD et manga, j’ai de très bons souvenirs de la version animée et des vagues souvenirs d’une version filmée. Je connais donc très bien l’histoire et même si ce n’est pas mon style de film je vais me permettre de critiquer les choix de la réalisatrice.
Le gros problème c’est de ne pas avoir fait un récit linéaire comme dans le roman et toutes les adaptations jusqu’à maintenant. On voyage constamment d’une époque à une autre. Premier problème qui en découle c’est que c’est très compliqué à suivre et à comprendre. A un seul moment dans le film on nous donne une indication de temps, pour tout le reste du film on doit se débrouiller. Même en connaissant l’histoire c’est difficile de s’y retrouver, on passe son temps à se demander où on est dans l’histoire. C’est d’autant plus compliqué que les acteurs ne changent pas et que les âges des filles ne sont pas respectés. Elles ont toutes l’air d’avoir le même âge (18 ans) alors qu’il doit avoir 4 ans d’écart entre les extrêmes et qu’au début du roman Amy n’a que 12 ans. Et bien que les années passes aucun personnage ne vieillit, pourtant 7 ans à cette époque c’est énorme et le vieillissement aurait du être marqué sur les visages des acteurs. Cela aurait pu être un détail dans un film qui suit un ordre chronologique mais dans un film découpé c’est une grossière erreur.
Deuxième problème de ce choix, c’est que du coup on se retrouve avec un enchaînement de tableaux un peu fade qui n’ont pas toujours de lien entre eux ce qui va amener à d’autres soucis.
Le caractère des personnages n’est pas approfondis alors que c’est super important pour le développement de l’histoire. Toute la magie du roman résulte en la combinaison des qualités et des défauts des différentes sœurs et de la relation qui en résulte. Ici on doit deviner les liens et comprendre par des allusions le caractère de chacune. Pour Jo ça va car en tant que personnage principal on la situe plus ou moins mais pour les autres si on ne connaît pas l’histoire c’est plus compliqué. Meg ne sert à rien, Beth c’est la fille qui va mourir et Amy une peste arriviste alors que bien entendu ces personnages sont bien plus que ça.
Dans le même genre d’idée on ne montre pas assez les difficultés de survie de cette famille avec ce père absent. C’est légèrement sous-entendu alors que c’est un point essentiel. Cela gâche d’ailleurs une des scènes mythiques, celle où Jo se coupe les cheveux pour récupérer de l’argent. Comme ce climat de précarité n’est pas installé dans le récit, cette scène ne dégage aucune émotion.
L’émotion justement est aussi problématique. C’est une histoire qui est remplie de sentiments et donc dégage une forte émotion. Ici on n’a pas ce ressenti. En cause, toujours, ce jeu de tableaux succincts qui empêche le développement des personnages et de l’atmosphère du film. Pour quelqu’un comme moi qui n’est pas sujet aux fortes émotions même la mort de Beth ne m’a pas fait d’effet.
Par contre, il y a un élément qui a été hyper travaillé c’est le féminisme de l’œuvre. Du féminisme avant-gardiste, vous allez en manger tout le film, ce qui est totalement idiot puisque le personnage de Jo est l’incarnation du féminisme. Il était donc inutile d’en faire un rappel toutes les vingts minutes surtout si c’est pour passer à côté d’autant d’éléments essentiels au récit.
En résumé, si vous ne connaissez pas l’œuvre vous pouvez regarder ce film en étant super attentif pour bien suivre l’histoire, par contre si vous connaissez déjà passez votre chemin et allez plutôt revoir la version que vous préférez.
Ma note : 3/10.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :