Documentaire : La fabrique des chefs : D’Akhenaton à Donald Trump (sorti le 20 janvier 2017)

Synopsis : D’Akhenaton à Constantin en passant par Alexandre le Grand et Jules César, une étude sur la conquête du pouvoir au cours de l’Antiquité. L’historien explique comment ont été inventés et instaurés les régimes politiques, la royauté divine ou le souverain démocrate, et démontre la persistance de certaines idées et pratiques jusque chez les présidents du 21e siècle, comme Vladimir Poutine et Donald Trump. Critique : C’est un excellent documentaire, on apprend beaucoup de choses même si on s’y connait déjà dans le sujet et que l’on connait Machiavel par coeur.Le but de l’ouvrage : découvrir les nombreuses techniques pour accéder au pouvoir et surtout le garder voir augmenter sa puissance de chef, via les grands chefs qui jalonnent notre histoire depuis des millénaires. L’auteur divise son livre par civilisation (égyptienne, grecque, romaine, juive, contemporaine…). Si, dans un premier temps, je trouvais dommage que ce ne fut pas un chapitrage chronologique, à la fin de ma lecture je trouve que l’auteur a fait le bon choix car remonter l’histoire des chefs de manière chronologique aurait amené plus de difficultés au niveau de la compréhension. Au niveau du contenu comme déjà dit c’est très intéressant, de plus l’auteur cite toujours ses sources et ça c’est très important à mes yeux. C’est bien écrit, on ne se perd pas dans des explications trop longues et le vocabulaire choisi permet que le livre soit accessible au plus grand nombre. L’utilisation des notes est aussi pertinente, c’est-à-dire bien placées et pas trop nombreuses.Les points négatifs viennent du choix d’édition. J’aime bien la maison d’édition Vendémiaire mais il faut reconnaitre que leurs livres ne sont pas très attirants visuellement. A part un petit feuillet d’images, ce sont des blocs de textes à la suite presque comme si on lisait un TFE. Ce n’est pas bien grave mais c’est un peu dommage. Le choix du sous-titre me déplait aussi, faire apparaitre Donald Trump dans celui-ci est clairement un aspect commercial car il ne représente qu’une page et demie dans l’ensemble du livre, c’est peu pour avoir le droit de se retrouver en couverture. Et si il est nommé car c’est le dernier chef fort de notre histoire alors c’est Akhenaton qu’il fallait changer car lui n’est pas le premier. Il y a un peu le même problème avec le choix de l’illustration de couverture, car à part le fait que je ne la trouve pas très jolie (mais ça c’est purement subjectif) le fait que Cléopâtre soit choisie alors qu’on ne parle quasiment pas d’elle reste un choix étrange. Par contre, le fait de mettre un personnage féminin en couverture reste très commercial et là on comprend mieux le choix. En résumé, un très bon ouvrage que je recommande et si la maison d’édition Vendémiaire peut rendre l’extérieur de leurs livres aussi attractifs que leurs contenus ça sera parfait. Ma note : 9/10. (Critique revue et corrigée datant du 16 juin 2017).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :