Manga : Pilote sacrifié (1 tome pour l’instant)

Critique : Cette série historique raconte l’histoire fabuleuse de Sasaki Tomoji un pilote japonais qui a officié comme kamikaze durant la seconde guerre mondiale et qui a réussit l’exploit d’en revenir 9 fois.
Déjà, je trouve le sujet très intéressant. Je connais bien sûr l’histoire de ces kamikazes qui ont donné leurs vies dans une absurdité complète puisque la guerre était déjà perdue pour le Japon mais j’ignorais tout de l’histoire de ce soldat dont l’existence est tout à fait exceptionnelle.
L’histoire est bien racontée ce qui permet de vraiment rentrer dans le récit. On sent vraiment que le but de l’auteur et de faire un manga biographique sans fioriture mais extrêmement efficace qui doit rendre hommage à Sasaki Tomoji et aussi à l’ensemble de ces hommes qui ont donné leur vie pour le Japon. Dans cet optique là, on peut dire que le premier tome fait mouche.
Le dessin se veut réaliste et il est vraiment beau. Le seul problème c’est, comme souvent, qu’il est difficile de différencier les différents protagonistes tant ils sont ressemblants.
Un petit détail sans grande importance mais à signaler quand même, la couverture est super agréable au toucher et de manière générale ce manga est un bel objet.
En résumé, un premier tome très intéressant qui peut présager d’une série qui se démarque.
Ma note : 8.5/10

Nouveauté : L’âge de glace, les aventures de Buck Wild (disponible sur Disney + depuis le 25 mars 2022)

Critique : Le retour d’une franchise phare qui sent le pétard mouillé.
Le pitch : Crash et Eddie décident de prendre leur indépendance et partent vers le monde sous-terrain où ils retrouvent Buck.
Le retour de « L’âge de glace » directement en streaming était attendu au tournant par les fans et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il n’a pas convaincu. Je suis assez d’accord avec la critique générale, cette suite est décevante.
Déjà, il est vendu comme un spin-off, or il s’inscrit vraiment comme une suite où les rôles principaux sont inversés. La preuve, Ellie nous refait le speech des épisodes précédents au début du film. C’est d’ailleurs le premier passage qui foire car il est totalement inutile et erroné. Inutile car pour ceux qui connaissent la série ça n’a aucun intérêt et pour ceux qui n’auraient jamais vu les âges de glace il n’est pas suffisant pour comprendre. Et erroné car plusieurs personnages principaux ont disparus du speech. Qu’ils ne soient pas dans le film ça ça peut s’expliquer mais viré du résumé ça ce n’est pas normal.
Ce qui saute directement aux yeux c’est la qualité de l’animation qui a baissé. Clairement, ce n’est pas normal qu’un nouveau film soit moins beau que le précédent.
Au niveau de l’histoire, c’est simple et tout s’enchaînent très vite. Le problème scénaristique principal c’est la mauvaise utilisation du méchant. Annoncé comme un méchant ultra-intelligent son plan est pourtant tout pourri et n’offre aucun vrai rebondissement.
Ce n’est pas super drôle non plus. Cela manque de gags alors qu’avec des personnages comme Crash, Eddie et Buck il y avait vraiment moyen d’en intégrer un max. Au final, les moments les plus drôles sont ceux avec Sid qui est pourtant très peu présent dans le récit.
Attention ce film n’est pas une bouse complète mais il n’est pas au niveau de la franchise. On voit bien trop facilement que ce film a été fait à l’arrache. Cela me fait vraiment pensé à toutes ces suites des grands Disney qui sortaient directement en VHS dans les années 90. Ils étaient sympathiques mais à des années lumières de leurs grands frères.
Personnellement, les derniers films de « L’âge de glace » qui sont décriés je les aimais bien mais ici je ne peux pas être satisfait.
Ma note : 5/10.

Nouveauté manga : Kiruru Kill me (les 2 premiers tomes sont disponibles en librairies depuis le 10 mars 2022)

Critique : Une nouvelle série a classé dans le WTF.
Le pitch : Aoi, un jeune directeur d’un groupe pharmaceutique, très riche et à l’intelligence hors norme tombe amoureux d’une inconnue. Après recherche, il découvre que c’est une tueuse professionnelle et décide de mettre de lui-même un contrat sur sa tête pour pouvoir la rencontrer.
Si vous aimez les scénarios logiques fidèles à la réalité et sérieux vous pouvez passer votre chemin car ce manga est complètement dingue. Personnellement, j’aime bien les histoires à l’humour barge complètement décalé et j’ai kiffé cette série. Pour prendre une référence connue ça me fait penser à l’univers et l’humour de Nicky Larson (City hunter). Le scénario est simple mais tout l’intérêt résulte dans les gags et les situations pleines de quiproquo. On trouve des allusions sexuelles mais ça reste vraiment très soft. Ce qui est bien aussi c’est qu’au fur et à mesure le scénariste complique les situations en rajoutant de nouveaux personnages.
Le dessin est bon aussi, les jeux d’émotions sont bien marqués et l’ensemble est fluide.
J’ai vraiment passé un bon moment lors de ma lecture et j’attends la suite avec impatience.
Ma note : 8/10.

Nouveauté série : Parallèles (disponible depuis le 23 mars sur Disney +)

Critique : Voici une courte série que j’ai trouvé fort intéressante alors qu’elle n’a pas joui d’une grande pub par rapport à d’autres sur Disney + ou Netflix bien moins bonnes.
Avant de la critiquer, il est important de noter que c’est une série française composée de 6 épisodes (+ ou – 40min chacun) et qu’elle a été uploadée par Disney dans son intégralité (fait rare sur Disney + où on est plutôt habitué à un épisode par semaine).
Cette série raconte l’histoire de 4 ados dont la vie bascule lorsqu’un phénomène paranormal les propulse dans des dimensions parallèles.
Honnêtement, j’ai lancé le premier épisode car c’était nouveau et court, et que je n’avais pas envie de commencer à passer du temps à chercher ce que je voulais regarder. Dans ma tête c’était : « C’est sûrement pourri mais bon au pire j’arrête après le premier épisode, ça passe ». Mais, finalement, le premier épisode était plutôt plaisant et la fin donnait envie de continuer. Et plus les épisodes avancent plus on a envie de découvrir la suite car, au final, elle est sympa cette histoire et le scénario est franchement bien foutu.
C’est une excellente surprise. C’est une série qui peut plaire à un large public et surtout qui est accessible à tous malgré le sujet toujours délicat de la science et la science-fiction. L’élément déclencheur a un lien avec la physique quantique qui est peut-être le domaine le plus compliqué au monde mais au sein de l’histoire ça passe sans problème. Le scénario est bien écrit et bien découpé. Forcément, on joue sur le mystère et celui-ci est expliqué à petites doses, juste ce qu’il faut pour bien rester à fond dans l’histoire. Ce que j’aime bien aussi c’est que les phénomènes étranges qui touchent ces ados sont expliqués par des notions scientifiques qui ont l’air correctes et cohérentes. J’ai horreur des films S-F où on justifie rien ou tout par c’est des phénomènes inexplicables donc on développe rien. Un autre point intéressant c’est que l’auteur a introduit beaucoup de psychologie dans son récit, notamment autour du personnage de Victor.
Au niveau acteur, ça va, il n’y a pas de quoi recevoir un césar mais ça joue relativement bien.
Un dernier point important, c’est que cette saison 1 se termine sur une vrai fin et non un gros cliffhanger. C’est super cool car cela permet une saison 2 où les derniers points obscurs peuvent être développés et expliqués, ou une suite où d’autres personnages seraient affectés par ce phénomène. Mais il se peut aussi qu’aucune suite ne voit le jour et on ne sera pas trop déçu car on aura eu une micro-série avec une fin.
Personnellement, j’aimerai bien une suite et je vous conseille de regarder cette saison 1 qui aurait mérité une meilleure publicité.
Ma note : 8/10.

Film : Tom et Jerry (sorti en salle le 9 juin 2021)

Critique : Le retour de Tom et Jerry sur grand écran était très attendu et si on regarde les critiques on peut dire qu’il a vraiment déçu. Pour ma part, j’ai plutôt apprécié ce film et je ne vois pas pourquoi les gens sont si méchants envers lui.
Le pitch : Jerry a décidé d’emménager dans un grand hôtel alors qu’un mariage people est prévu. Pour la direction, c’est intolérable et ils décident d’engager Tom pour chasser Jerry.
On est sur un film type « Roger rabbit » avec les personnages de cartoon en 3d incrusté dans un décor réel. J’aime beaucoup ce style de film d’animation et je trouve le résultat très beau.
L’histoire est classique et un spectateur aguerri ne sera guère surpris mais ça fonctionnera parfaitement avec les enfants.
La performance des acteurs est de bonne facture, ce genre de jeu d’acting est toujours compliqué et même les plus grands ont parfois du mal avec les incrustations 3D.
Mais, le principal c’est que ce film est drôle et rempli de gags et c’est ça qu’on attend de ce genre de film et non pas un scénario poussé ou un jeu d’acteur qui touche l’excellence. Enfant, j’adorais regarder les épisodes de Tom et Jerry et c’est avec plaisir que je retrouve des gags classiques dans ce long métrage. Si on compare celui de 1992 qui, lui, joui d’une bonne réputation, il n’y a vraiment pas de quoi critiquer celui-ci. J’adore le film de 1992 mais c’est vraiment par pur nostalgie car au final le scénario n’était pas très poussé et ça ressemble vraiment à un faux Disney.
Ici, on a un film drôle qui reprend tous les codes des cartoons classiques de Tom et Jerry, visuellement bien sympathique avec une histoire agréable, on ne s’ennuie jamais et on passe au final un très bon moment. C’est exactement ce que j’attends de ce genre de film donc pour moi il n’y a aucune raison de ne pas être satisfait.
L’avantage de toutes ces critiques négatives c’est que son prix en DVD a déjà beaucoup baissé pour un film sorti il y a quelques mois.
Je vous conseille de visionner ce bon divertissement familial.
Ma note : 7/10.

Nouveauté film d’animation : Alerte rouge (disponible depuis hier sur Disney +)

Critique : 3 mois après Encanto voici le nouveau Pixar qui débarque directement sur Disney +.
Le pitch : Mei Lee une enfant modèle voit sa vie changer au moment où la « malédiction » familiale la transforme en panda roux.
J’étais très emballé, un Pixar qui lorgne vers le manga avec un panda roux comme star ça avait tout pour me plaire. Au final, je suis un peu déçu. Ce film d’animation n’a pas vraiment de défauts mais il n’y a rien non plus qui m’a extasié.
La thématique principale, c’est le passage à l’adolescence et tous les changements que cela entraîne. Un choix qui n’est pas étonnant venant de Pixar qui aime bien jouer avec les émotions en se basant sur la vie quotidienne. Si c’est un choix intéressant, est-ce qu’il va réellement toucher le public cible de Disney qui est quand même les enfants et non les ados qui ont justement tendance à ne plus vouloir regarder des dessins animés à cet âge par rébellion?
Une autre thématique qui se dégage c’est le pouvoir de l’amitié. C’est classique mais ici ça colle parfaitement car c’est souvent la base des mangas, que ce soient des shojo ou shonen.
La dernière thématique mise en avant c’est la relation mère/fille. Ici c’est plus embêtant non pas car le thème n’est pas bien traité ou parce qu’il n’a pas d’intérêt mais à cause du timing du film. On retrouve exactement le même schéma que dans « Encanto », la relation entre Mei Lee et sa mère est un copié-collé de celle entre Mirabel et son abuela. C’est donc très dommage de retrouver une idée commune entre deux films Disney sortis à quelques mois d’écart.
Pour le reste, visuellement c’est très beau. Il n’y a jamais de problème de ce côté là chez Disney. Tout est fait pour que ça ressemble au style manga que ce soit le design des personnages ou les effets de style. C’est super bien fait donc bingo de ce côté là.
Niveau humour, c’est bien. Cela manque de personnages très rigolos (genre acolyte comme Olaf) mais l’ensemble est plutôt drôle et devrait fonctionner auprès des enfants.
J’ai trouvé le film long mais c’est surtout car le film a du mal à se mettre en route. La mise en place du récit est longue et du coup ennuyeuse. Après la transformation, le récit devient enfin énergique et beaucoup plus agréable à regarder. La fin est carrément intense mais peut faire peur aux plus jeunes.
A noter qu’une nouvelle fois il n’y a pas de méchant, ce choix des scénaristes devient vraiment lassant.
En résumé, je trouve que c’est un chouette Pixar qui n’a pas vraiment de défauts et que je regarderai de nouveau avec plaisir mais qui me laisse quand même un goût de trop peu. J’attends toujours le nouveau Coco.
Ma note : 7/10.

Nouveauté BD : Le zoo des animaux disparus T3 chez Bamboo

Critique : J’avais déjà fait une critique du T1 lors de sa sortie (https://lacritiquedupangolin.com/…/bd-le-zoo-des…/). Globalement, ce que j’avais dit à l’époque est toujours d’actualité. On a une BD de type humour/documentaire où l’aspect documentaire est plus intéressant que l’aspect humour qui est un peu léger.
Si je refais une petite bafouille, c’est qu’avec le T3 les auteurs changent d’angle d’attaque et je trouve cela intéressant. Comme le nom l’indique la base de la BD c’est les animaux qui ont disparus que ce soit des animaux des temps préhistoriques ou des animaux qui ont malheureusement disparus récemment. Avec ce tome 3, les auteurs font une petite entorse au titre de la série pour parler des animaux qui sont en voies d’extinction. Je trouve cela vraiment intéressant car cela permet de sensibiliser encore plus les jeunes aux problèmes de disparition de masse que subit le monde animal. Il est bien plus facile d’interpeller les jeunes, et les moins jeunes, avec des animaux vivant dans notre monde actuel plutôt qu’avec un mammouth disparus depuis des siècles pour des raisons qui divisent encore les scientifiques. En plus, les choix des auteurs sont pertinents en optant pour des animaux qui sont vraiment en danger critique et méconnus. Pas de panda ou tigre dans cette BD mais des animaux dont la plupart des gens ignorent l’existence.
Bravo pour ces choix et cette BD de manière générale que je recommande même si ça serait bien que les gags soient un peu plus tordants.
Ma note pour le T3 : 7/10.

Nouveauté série animée : The cuphead show (disponible sur Netflix depuis le 18 février 2022)

Critique : Voici une nouveauté qui m’a vraiment plu.
Basé sur le jeu vidéo Cuphead mondialement connu pour ses graphismes faisant honneur aux dessins animés des années 30, mais, surtout, pour sa difficulté extrême.
Je m’attendais à un dessin animé violent vu qu’on passe son temps à mourir dans le jeu vidéo mais finalement il s’agit plus d’un cartoon familial bien divertissant. On retrouve l’esprit des vieux cartoons comme « Tom and Jerry » ou « les Looney Tunes ». C’est très drôle, super fun avec juste ce qu’il faut de violence comme dans un « Bip Bip et Coyote ».
L’univers du jeu vidéo est bien respecté avec la présence de nombreux personnages phares (notamment des boss) et des graphismes en adéquation avec celui-ci. J’adore d’ailleurs ces graphismes qui font vraiment penser aux premiers cartoons couleur de chez Disney.
On peut regarder les épisodes indépendamment mais le tout raconte quand même une histoire continue. L’histoire n’est pas celle du jeu mais y ressemble quand même et elle est pas mal. Ce sont des formats courts (12 min l’épisode) ce qui permet de les enchaîner facilement ou de profiter quand on a un trou dans la journée pour mater un épisode.
J’ai vraiment trouver ce petit dessin animé cool et j’espère qu’on aura vite une suite. Je vous conseille cette série abordable à partir de 8 ans.
Ma note : 9/10.

BD : La ligue des chats contre l’humain écolo (sorti le 21 janvier 2022 chez Lombard)

Critique : Typiquement le genre de BD que j’aurais dû plus feuilleter dans le magasin avant de l’acheter. Car si le titre et l’accroche étaient vendeur, le résultat global est décevant.
Des BD’s avec des gags de chats, il y en a beaucoup et beaucoup d’entre elles se ressemblent. Ici, on avait un thème nouveau l’écologie. C’est mis clairement dans le titre, le résumé met l’accent dessus et le gag sur la couverture (qui est très aguichant) met aussi en avant cette thématique. On s’attend donc à une foison de gags dans lesquels les chats vont détruire les envies écologiques de leurs maîtres. Ce qui serait novateur et permettrait de mettre en avant les astuces écologiques à utiliser au quotidien. Et bien non, au final on a quelques gags sur l’écologie et une montagne de gags basiques sur les chats déjà vue et revue.
C’est une grosse déception et on est clairement devant une arnaque commerciale vu qu’on nous propose un produit qui n’est pas celui que l’on va retrouver dans le livre. En plus, le prix est élevé.
Je ne vous recommande pas cette BD. Si vous voulez une bonne BD de gags sur les chats je vous conseille plutôt « Putain de chat » de Lapuss’ qui est une super série bien drôle.
Ma note : 2.5/10.

Jeux vidéo : Marsupilami le secret du sarcophage (sorti le 16/11/2021 ; test effectué sur Switch)

Critique : Voici un jeu qui ne paie pas de mine mais qui s’avère très intéressant dans le contexte du jeu vidéo actuel.
Il s’agit d’un jeu de plateforme qui est moderne dans son approche mais qui reprend les grosses filouteries du style que l’on retrouve dans les jeux des années 90.
Le jeu est composé d’une vingtaine de niveaux divisés en 3 mondes ainsi que des niveaux bonus à débloquer et un mode chrono. Pour reprendre des grands classiques, ce jeu ressemble à un Mario mais avec une vitesse et un style d’action qui se rapproche plus d’un Sonic dans lequel on a inséré des bons coup de putes digne d’un jeu Infogrames.
Ça fait plaisir de retrouver un tel jeu car il faut bien reconnaître que les bons jeux de plateforme ont totalement disparus de l’ère moderne alors que ça devait être le style le plus commun dans les années 90.
Niveau graphisme, pour un jeu Switch, c’est plus que correct. C’est joli avec des couleurs chatoyantes et je n’ai remarqué aucun bug.
Niveau histoire, c’est bidon. En gros, trois marsupilamis découvrent un sarcophage. Par curiosité, ils l’ouvrent et libèrent un fantôme qui maudit la jungle Palombienne. Ils vont donc partir à la poursuite de ce fantôme pour rétablir l’équilibre. C’est du gros classique et comme ni le masque ni les marsupilamis ne parlent c’est vraiment simpliste. D’ailleurs, il n’y a que deux vrais cinématiques, au début et à la fin. Pour moi ce n’est pas vraiment un défaut car ce n’est pas très important dans un jeu de plateforme. En plus, en tant que vieux de 30 ans, j’ai eu l’habitude de jouer sur des jeux qui n’avaient aucune histoire et où on était souvent lancé dans le jeu sans même une ligne de dialogue.
Niveau jouabilité et gameplay c’est satisfaisant. On comprend vite le principe et, à chaque nouvel élément de gameplay, on a une petite explication. Le seul défaut à ce niveau là c’est l’emplacement des boutons. Il n’y a pas beaucoup de boutons utilisés mais ils ont quand même réussi à mettre un bouton sur une gâchette arrière. Apparemment c’est un syndrome de la Switch car ce n’est pas la première fois que je remarque ce problème. C’est gênant mais comme les premiers niveaux sont faciles on a le temps de s’y habituer.
Niveau difficulté, justement, c’est un jeu qui est pensé pour plaire à un maximum de joueur. On a trois difficultés possibles comme dans la plupart des jeux mais ici le choix influence vraiment. Le niveau débutant est vraiment très simple et conviendra aux plus jeunes, le niveau « expert » est coriace mais reste jouable pour les gros joueurs.
La difficulté est croissante mais surprenante. Les premiers niveaux sont très faciles et on gagne très vite des vies supplémentaires. En avançant dans les niveaux, on remarque quelques pièges mais rien de bien difficile. Et au moment où on pense que ce jeu est trop simple et que l’on va le finir en 1 heure arrive le premier final stage. D’un coup, le jeu change car ce premier gros niveau est dur, surtout après la facilité des premiers niveaux. Il va falloir s’accrocher pour le passer et on comprend mieux pourquoi le jeu vous octroie aussi facilement des vies. A partir de ce niveau, le jeu sera de plus en plus dur et offrira une vraie expérience aux gamers. Le jeu utilise les check points et je ne sais pas si il y a aussi des « continue » car je n’ai pas eu de Game Over.
Je trouve que c’est vraiment un bon jeu pour jouer en famille car il peut réunir facilement l’ancienne et la nouvelle génération avec un univers connu et une difficulté modifiable. Je le recommande pour ceux qui veulent redécouvrir eux-même ou faire découvrir à leurs enfants les jeux de plateformes.
Ma note : 7.5/10.